Focus sur le couple QGIS / SQLite – SpatiaLite

Posted on Posted in Qgis, sgbd, Uncategorized

Pour l’exemple nous avons créé une nouvelle base de données SQLite nommée « commune » et y intégrer une couche SIG ainsi que des données contenues dans un fichier CSV. Le but final étant de réaliser une jointure entre la couche SIG et la table contenant les données alphanumériques pour voir les différents comportements au sein du logiciel SIG opensource QGIS.

SQLite

SQLite est donc un moteur de base de données relationnelle, accessible par le langage SQL. Une base est un fichier autonome, très léger et indépendant des plateformes (comme Access ou FileMakerPro, qui eux ne fonctionnent pas sur toutes les plateformes). Le programme/bibliothèque est écrit en ANSI-C. Il est de plus en plus utilisé par de nombreuses applications, que ce soit la plupart des navigateurs internet ou bien les applications « smartphone » qui ont besoin d’utiliser leurs propres bases de données. A noter que ce SGBD n’a pas à rougir face aux autres tels que MySQL ou PostgreSQL !

Une base SQLite (= un fichier) peut contenir plusieurs tables et vues SQL, des index, des fonctions, des triggers etc.

Comment l’utiliser?

Nativement, SQLite s’utilise en ligne de commande mais il existe de nombreux utilitaires qui permettent d’administrer ces bases de données. J’en présente un qui est simple et complet, il s’agit de l’extension SQLite Manager du navigateur Firefox. Il existe aussi d’autres outils comme Sqlite Database Browser (openSource et multi OS) ou bien encore SQLite Expert Personal. Un autre avantage de SQLite est de pouvoir être utilisables via des connexions JDBC et ODBC ainsi que par les languages de programmation tels que C, C++, C#, Python, PHP, Ruby, Java,…

SQLite manager

Spatialite
Spatialite est une extension de SQLite qui lui permet d’être enrichi d’une cartouche spatiale et de fonctions de requêtes spatiales. C’est le pendant de ce que peut être PostGis pour PostgreSQL.

Dans sa version programme, on télécharge une version compilée SQLite + SpatiaLite. Il est tout à fais possible de rajouter la librairie spatialite à une base SQLite existante. Pour gérer ces fonctions spatiales et visualiser la géométrie, j’utilise un utilitaire nommé spatialite-gui. Ce petit utilitaire permet de créer une nouvelle base de données, de charger un fichier shapefile, des données au format CSV ou encore d’exporter une table dans un format SIG (via la librairie OGR inclue). Il permet également de gérer les droits en lecture / écriture des différentes tables et de créer des triggers.

Pour lire la suite de notre article sur le site 2D3D.GIS, suivez ce lien